LyricsCopy

Browning

by Édith Piaf


Y avait qu´à r´garder sa figure
Et tout de suite on comprenait :
Monsieur Browning, qu´on l´appelait,
Un nom qui sentait l´aventure.
C´était le roi du revolver.
Il en avait de magnifiques
Qu´il avait ram´nés d´Amérique,
Où qu´on fabriqu´ les vrais gangsters.
Il nous racontait son histoire,
Son premier crim´ et puis la gloire,
Browning, Browning.
Il nous montrait des tas d´photos
Pris´s en premièr´ pag´ des journaux,
Browning, Browning.
Il nous disait : "Vous autr´s en France,
Vous manquez encor´ d´expérience.",
Browning, Browning.
Avec ça, pas besoin d´êtr´ fort.
C´est l´maladroit qu´a toujours tort
Et viv´ Browning.

Parc´ qu´il avait de l´élégance
Et des costum´s de cinéma,
Il nous r´gardait de haut en bas
Avec mépris et insolence
Et tout´s nos femm´s, ell´s l´admiraient
"Ah! comment c´est qu´il a d´allure
Et ce typ´ là, quelle envergure."
Mais nous, les homm´s, il nous courait.
C´était toujours la mêm´ histoire :
Son premier crim´ et puis la gloire,
Browning, Browning.
On l´voyait sur les grands journaux,
Juste à côté d´Greta Garbo,
Browning, Browning.
A l´écouter, on d´venait bête.
On n´avait plus qu´ça dans la tête,
Browning, Browning
Et nous pensions "Marre à la fin!
Il nous ennuie, l´Américain
Et son Browning."

Pour nous apprendr´ la vraie manière,
Pour nous donner un´ bonn´ leçon,
Il a tenu, ce brav´ garçon,
A nous montrer son savoir-faire.
C´est dans un´ sall´ de restaurant
Qu´il a voulu fair´ l´expérience,
Mais le pauvr´ typ´ n´a pas eu d´chance.
Comme il sortait ses instruments,
Il a roulé sous la banquette
Avec un p´tit trou dans la tête,
Browning, Browning.
Oh ça n´a pas claqué bien fort
Mais tout de mêm´, il en est mort,
Browning, Browning,
Et puis quelqu´un dans le silence
A dit "Maint´nant à quoi qu´tu penses,
Browning, Browning?"
Il pens´ plus rien puisqu´il est mort.
Tu parlais trop... ben t´as eu tort.
Bye-Bye, Browning.





 

Random :
© 2016 LyricsCopy .com